Skip to Content
UN MESSAGE À NOS CLIENTS SUR COVID-19 En savoir plus

L’offre et la demande sont à la base de notre économie de marché. Nous, les consommateurs, dictons nos préférences par nos habitudes d’achat. Et cela incite les entreprises à produire davantage de produits que nous aimons ou auxquels nous attachons de la valeur. C’est donc notre demande qui détermine la disponibilité des produits sur le marché. Lorsque nous pouvons contrôler la disponibilité des intrants, cette façon de penser n’est pas mauvaise. Mais si nous considérons les ressources aquatiques, pour lesquelles le principal moteur de production n’est pas une usine, mais l’écosystème, elle peut devenir problématique.

La plupart du temps, les consommateurs veulent toujours les mêmes espèces : saumon, thon, crevette, crabe et un poisson doux à chair blanche (par exemple, colin, cabillaud et merlu). Comme la loi de l’offre et de la demande s’applique à la production de fruits de mer, les industries de la pêche et de l’aquaculture concentrent leur production sur ces espèces populaires et assure un approvisionnement régulier et croissant toute l’année. Cette situation a exercé une pression exagérée sur nos écosystèmes. Si la nature nous offre une extraordinaire diversité d’espèces aquatiques, nous n’en consommons qu’une très petite variété, en particulier en Amérique du Nord.

C’est pour redéfinir la façon dont nous déterminons la demande de produits de la mer que le concept Eating with the Ecosystem est né. C’est un moyen de nous assurer que nous n’exerçons pas de pressions excessives sur une espèce ou un écosystème en particulier, mais que nous concentrons plutôt notre attention sur ce que la nature nous offre en abondance à ce moment. Faire concorder nos habitudes de consommation aux variations, saisonnières entre autres, inhérentes à l’écosystème est peut-être un concept nouveau, mais c’est indispensable pour que nous puissions continuer à consommer des produits de la mer sains et nutritifs, aujourd’hui et à l’avenir.

De nombreux partenaires d’Ocean Wise Seafood s’efforcent d’encourager toujours plus de consommateurs à se nourrir dans le respect de l’écosystème. Nous avons entendu parler du concept Eating with the Ecosystem grâce à nos partenaires de longue date, l’entreprise de pêcherie soutenue par la communauté Skipper Otto. En automne 2019, elle a publié un blogue très instructif pour remercier ses membres d’accepter de tenir compte des flux et reflux de la variabilité de la production des nombreuses espèces qui ont élu domicile dans les eaux de la Colombie-Britannique. Cette façon de penser permet à Skipper Otto de proposer toute la gamme d’espèces que la Colombie-Britannique a à offrir à ses membres situés partout au Canada.

Se nourrir dans le respect de l’écosystème, c’est aussi une façon de sensibiliser les consommateurs à l’impact de nos habitudes alimentaires sur l’écosystème. Bien que les grands prédateurs comme le thon, l’espadon, le saumon et le flétan soient appréciés pour leur saveur et leur texture, ces poissons ne doivent pas se retrouver dans votre assiette tous les jours. Qu’ils soient issus de l’élevage ou de la pêche sauvage, il faut beaucoup plus d’énergie pour produire des protéines à partir de ces sources. Incorporer plus souvent des poissons herbivores et des espèces filtreuses comme les moules, les palourdes et les huîtres peut vous aider à atteindre votre objectif de manger de façon plus consciente et en respectant les besoins des écosystèmes aquatiques.

Chez Ocean Wise Seafood, nous nous mobilisons sur le long terme. Nous pensons que la pêche de capture sauvage et l’aquaculture durable sont essentielles au maintien de l’accès mondial à des protéines saines et nutritives. Tout au long de l’année, nous espérons que vous vous joindrez à nous pour réfléchir plus largement aux impacts sur les écosystèmes et pour être plus attentifs à la provenance de vos produits de la mer.