Passer au contenu
La boutique en ligne est présentement hors service. Veuillez nous excuser pour les inconvénients occasionnés. Nos succursales restent ouvertes.
Les producteurs d’ici nous offrent une abondance et une variété de fruits et légumes pendant l’été, et quel plaisir de pouvoir les mettre en vedette dans toutes nos recettes! Une des meilleures façons de savourer pleinement leur fraîcheur et de profiter de leurs vitamines et minéraux est sans aucun doute en les dégustant crus. Pour faire honneur aux produits d’ici (et aussi d’ailleurs), il importe tout d’abord de bien savoir les conserver et d’ensuite les apprêter de la tige jusqu’aux feuilles!

On utilise nos bacs à fruits et légumes

Les bacs à fruits et légumes n’existent pas pour rien. En plus de nous empêcher de ranger nos pommes, laitues, céleris et compagnie au fond du réfrigérateur (ils risqueraient de geler), ils permettent aussi d’isoler les fruits qui dégagent de l’éthylène. Celui-ci est un gaz qui favorise le mûrissement de la poire, de l’abricot, de la pêche, de la prune et de l’avocat, notamment, alors que le fruit a été cueilli. Certains légumes sont sensibles à ce gaz, qui leur fait perdre prématurément leur fraîcheur. Pensons aux brocolis, carottes, asperges et laitues, entre autres, qu’il faut absolument éloigner le plus possible des fruits dits climatiques, soit ceux qui dégagent une forte quantité d’éthylène.

On range donc au frigo…

… asperges (on les laisse en botte et on enroule un essuie-tout ou un linge humide à leur base), carottes fanes, céleris, champignons, choux, brocolis, choux-fleurs, concombres, épinards frais (on les mange vite, car ils flétrissent après 3 ou 4 jours), betteraves fraîches, haricots, poivrons, laitues, petits fruits (fraises, framboises, bleuets et mûres) et fines herbes (on les lave juste avant de les consommer afin d’éviter un excès d’humidité qui pourrait les dégrader).

Mais on laisse à température ambiante…

… tomates, oignons, ail, pommes de terre, bananes, ananas, mangues et autres fruits exotiques pour une conservation, une texture et un goût optimaux.

On exploite aussi son cellier!

Si on possède un cellier, on en profite pour y placer des légumes qui préfèrent les températures fraîches (aux alentours de 12 °C), comme les tomates, les carottes de conservation, les endives, les aubergines et les poireaux.

Le frigo déborde? Hop! Au congélo!

Pour éviter le gaspillage, on envoie illico au congélo tout surplus de fruits et légumes qui risquent de ne pas être dévorés avant de perdre leur fraîcheur. Pour les fruits, rien de plus simple! On les pèle ou on rince ceux dont on n’a pas besoin d’enlever la pelure, on les sèche et on les étale sur une plaque à cuisson, qu’on place au congélateur 2 ou 3 heures avant de les transférer dans un sac à congélation. On évite ainsi qu’ils s’agglutinent. Les légumes, quant à eux, doivent préalablement être blanchis afin de préserver leurs couleurs, textures et saveurs (à l’exception des poivrons, poireaux et champignons). Pour ce faire, on les coupe en morceaux et on les plonge dans l’eau bouillante de 2 à 4 minutes, avant de les faire baigner dans l’eau glacée quelques minutes pour arrêter la cuisson. On les éponge, et hop! Au congélo! On peut également utiliser le truc de la plaque à cuisson, comme pour les fruits. Une autre astuce antigaspi est de conserver les feuilles de nos légumes pour les manger comme telles (betteraves et navets) ou encore les utiliser comme fines herbes (carottes et céleri).

Des idées pour changer des crudités

Plusieurs légumes ont intérêt à être consommés crus, puisqu’ils offrent ainsi un maximum de vitamines et minéraux. Il est donc préférable de trouver des façons d’apprêter notamment le poivron rouge, l’oignon, l’ail et le chou frisé sans cuisson. Voici quelques inspirations pour sortir du classique légume/trempette.
  • Des roulés de légumes faits avec des courgettes
  • Des carpaccios (betteraves, radis, courgettes, concombres, tomates, etc.)
  • Des jus de légumes
  • Des salades de juliennes
  • Des rubans (comme ceux d’asperges avec sauce au citron)
  • Des légumes crus marinés
  • Des rouleaux de printemps
Psitt! On privilégie toujours les légumes bios (et les fruits), dont on peut garder la peau (et ses vitamines) tout en s’épargnant les pesticides.

On ne mange jamais crues…

… les pommes de terre, les têtes de violon et les aubergines pour éviter les intoxications alimentaires. À ce sujet, la betterave divise : alors que certains croient qu’elle ne se consomme que cuite, d’autres l’acceptent sous toutes ses formes. En fait, ce serait la betterave rouge crue qui aurait causé des intoxications; la jaune, la blanche et la chioggia pourraient être servies sans avoir été cuites sans problème. Il en va de même pour la rouge qui possède toujours ses feuilles. Alors, on en fait des carpaccios ainsi que des spirales et on se régale!

Des conseils en rafale

Les légumes crucifères, comme le brocoli, les choux et le navet, contiennent des glucosinolates, qui sont bons pour la santé, mais qui, en grande quantité, peuvent dérégler le fonctionnement de la glande thyroïde. La cuisson de ces légumes permet de réduire l’effet des glucosinolates. Les épinards renferment vitamines, minéraux… et acide oxalique, qui nuit à l’assimilation du fer, du magnésium et du calcium. En les cuisant à la vapeur, on réduit la concentration de ce composé.