Alimentation

Thés noirs indiens

Thés noirs Indiens

Les thés noirs sont des thés fermentés ou plus exactement des thés oxydés.
Lors de ce processus d’oxydation, les feuilles vertes sont empilées les unes sur les autres en une mince couche, dans une atmosphère chaude et humide, durant quelques heures. Cette atmosphère fait brunir les feuilles. Cela en extrait les tanins de même que des enzymes et apporte une saveur plus soutenue et corsée.

Thé Darjeeling first flush

Darjeeling est une petite ville du nord-est de l’Inde située au sommet d’une montagne. Grand cru reconnu à travers le monde, c’est l’un des thés le plus apprécié des connaisseurs. Thé de montagne, le darjeeling est une appellation contrôlée réservée à moins d’une centaine de plantations autour de la ville. Comme l’hiver y est très froid, les plants cessent de croître durant cette période, ce qui permet une véritable récolte de printemps lorsque la croissance reprend. Le first flush est une appellation de grade qui signifie « première récolte ». C’est donc vraiment la récolte des toutes nouvelles pousses printanières.

Le darjeeling de printemps est le plus vert de tous les thés noirs. Il possède donc les propriétés du thé vert (niveau d’antioxydants), mais l’arôme et le goût riche du thé noir. À Darjeeling, on infuse toujours les feuilles de thé deux fois.

Sa liqueur : Thé subtil, fleuri, à l’esprit aérien et de montagne Couleur ambrée
Quantité de feuilles : 5 g/500 ml d’eau
Température de l’eau : de 90 °C à 95 °C (en début d’ébullition)
Temps d’infusion : de 4 à 6 minutes
On peut infuser une deuxième fois, en utilisant un peu moins d’eau.

Assam

Provenant d’une région située dans le nord-est de l’Inde (entre les montagnes de l’Himalaya, le Bhoutan et le Bangladesh), c’est un thé de plaine, de région humide et tropicale. Son goût sera teinté des caractéristiques de son terroir. Les Indiens boivent leur thé noir avec un nuage de lait, ce qui coupe l’astringence.

Sa liqueur : Couleur cuivrée Astringence et amertume, aux notes épicées et légèrement fruitées et au léger goût de tabac
Quantité de feuilles : 5 g/500 ml d’eau
Température de l’eau : 90 °C (en début d’ébullition)
Temps d’infusion : 5 ou 6 minutes

Ceylan orange pekoe

Le thé orange pekoe tire son nom de la famille royale Orange-Nassau. Pour faire ce thé, on ne récolte que les bourgeons terminaux (pekoe) à peine éclos et recouverts d’un fin duvet blanc. Récolté l’année durant, ce thé a été implanté au Sri Lanka (l’ancien Ceylan) par sir Thomas Lipton en remplacement des plants de café décimés par la maladie. Le grade orange pekoe est le grand classique du Ceylan, dont le terroir particulier donne un thé agréable, très rond, très plein et très facile d’accès pour les gens qui commencent à boire du thé. Même si c’est un grade un peu plus commun que certains grands crus, l’orange pekoe du Ceylan n’en demeure pas moins un thé très agréable.

Sa liqueur : Thé plus rouge, riche, dense, légèrement astringent. Un excellent thé à boire au petit déjeuner, qui se mélange bien au lait.
Quantité de feuilles : 5 g/500 ml d’eau
Température de l’eau : de 90 °C à 95 °C (en début d’ébullition)
Temps d’infusion : 5 minutes